Pikachu partout, Ronflex nulle part. Pokémon Go, le jeu vidéo à succès développé par Niantic,  est d’ores et déjà un énorme succès. Perclus de bugs et de problèmes de connexion, doté d’une interface moche et d’explications pour le moins sommaires, il a pourtant battu, dans quasiment tous les pays où il est disponible, tous les records de téléchargement.

Alors bien sûr, les grincheux y verront la toute-puissance d’une campagne marketing mondiale docilement relayée par une presse aussi dénuée de colonne vertébrale qu’un Pokémon insecte, mais la raison d'être de ce jeu est peut-être tout autre, plus subtile voire plus sournoise...

Un autre son de cloche...

Le projet Pokémon Go a été créé conjointement par The Pokémon Company, Nintendo et Niantic, ancienne filiale de Google. Niantic a été fondé par John Hanke, également fondateur de la compagnie Keyhole, Inc. spécialisée dans la création de cartes géospatiales. La compagnie a été financée par In-Q-Tel, un fonds américain de capital-investissement mis en place par la CIA en 1999, rachetée par... Google !

 

Chez Google, John Hanke a alors pris la tête de l'unité «Geo», englobant également Google Maps et Street View, l'outil qui permet de se balader dans les rues via un navigateur Internet.

Ces applications ont permis:

— la cartographie de la planète régulièrement mise à jour, y compris les autoroutes et tous les grands objets de l’infrastructure urbaine en général,
— des robots-véhicules ont mis leurs nez dans tous les coins du monde et ont cartographié des villes entières, des rues…

ET POKEMON, DANS CETTE HISTOIRE ?

On y vient...

 

Un seul problème demeurait: comment pénétrer les maisons des citoyens, les sous-sols, les lieux privés  et ainsi de suite? Et voilà que Niantic lance un jeu génial basé sur le principe de la réalité augmentée. Une fois qu’il l’a installé et qu’il lui a autorisé l’accès à sa caméra, son microphone, son gyroscope, son GPS et tous ses appareils connectés, le smartphone de l’utilisateur se met à vibrer et signale que plusieurs Pokémon se trouvent à proximité.

Que se passe-t-il ensuite? L’application vous félicite pour votre premier succès parce qu’elle sait comment il est important pour le joueur d’être encouragé. Puis, elle requiert que vous filmiez vos premiers Pokémon captés de tous les angles — et obtient donc les photos de votre appartement en détail, y compris les coordonnées et l’angle d’inclinaison du smartphone.

Félicitations! Il semble que vous veniez de filmer votre appartement, votre lieu de travail, ou tout autre endroit que Google n'avait pu répertorier (faut pas déconner avec la protection de la vie privée !)…

Et la protection de la vie privée, parlons-en !

Les règles d’utilisation qu’il faut accepter pour installer le jeu recèlent d’informations intéressantes. Ainsi, Niantic vous informe en ces termes officiels:

« Nous coopérons avec le gouvernement, les autorités compétentes ou des parties privées pour appliquer et respecter la loi. Nous pouvons divulguer toute information vous concernant (ou votre enfant autorisé) en notre possession ou sous notre contrôle au gouvernement, aux autorités compétentes ou aux parties privées dans le cas où, à notre seule discrétion, nous le penserions nécessaire ou approprié ».

Les développeurs précisent à quelles fins ils peuvent le faire:

« pour répondre aux réclamations et à toute procédure juridique (y compris des citations à comparaître) pour protéger notre propriété, nos droits et notre sécurité et la propriété, les droits, et la sécurité d’un tiers ou du public en generalpour identifier et arrêter toute activité que nous considérerions illégale, contraire à l’éthique, ou passible d’actions en justice ».

Et oui ! Les règles d’utilisation sont une mine d’infos… Elles signalent par exemple que « Les informations que nous collectons auprès de nos utilisateurs, y compris les données à caractère personnel, sont considérées comme un actif de l’entreprise ».

Voilà qui est dit !

A CHACUN DE SE FAIRE SON OPINION...