Premier poisson sauvage pêché avec mon fils

(à quelques minutes à vélo de la maison :-D)

Si vous êtes pressé

Il y a une vidéo à ne pas manquer, c'est celle-ci. J'ai de la joie au coeur à chaque fois que j'entend la petite voix fébrile de mon gamin tout excité, sans compter ses yeux écarquillés rempli d'émerveillement. Rien que d'écrire cette phrase le souvenir me mouille les yeux... "on retournera pêcher mon grand".

img tyls

Tout à commencer par un beau dimanche matin d'automne

Après un petit déjeuner aux chocolatines et croissants (merci Maman), le soleil se lève. Il fait déjà chaud, très chaud même pour une fin d'été. Les loulous ont envient de rouler à vélo, et papa à bien envie de retourner sur ce petit chemin dans le bois qui longe le fleuve. Seul soucis, l'accès n'y est pas évident, et par moment ça s'apparente plus à du "cross" qu'une ballade citadine.

Ni une ni deux, nous voilà parti, Emilie, Nathan et Papa. Camille la petite soeur restera avec Maman pour (dé)ranger la maison. Le "cross" lui aurait certainement plu, mais Papa était pas trop à l'aise.

img tyls
img tyls
img tyls
img tyls

Au plus on avance le long de l'eau...

...au plus les spots de pêches deviennent intéressants !

Je reviendrai d'ailleurs avec Nathan en après-midi, et c'est sur ce rocher spotté le matin qu'on prendra de l'achigan.

img tyls
img tyls
img tyls

Petite scéance photo avant de rentrer dîner

Hum hum ... je devrais plutôt dire, "l'apéritif" ... qui n'échappe plus à nos monstres.

img tyls
img tyls
img tyls

En après-midi, on s'enfonce dans la pampa

Apéritif (obligé), repas, sieste (bien sûr), et vers 15h c'est le départ pour la pêche que Nathan n'en peu plus d'attendre.

J'emprunte un vieux moulinet et quelques cuillères à papi Charly pour l'occasion, et nous voilà en selle, les cannes dans le dos. Ni une ni deux, un premier spot... mais rien. On avance un peu, autre tentative, toujours rien. Il y a énormément d'algues dans l'eau, et c'est très difficile de manier la cuillère quand un arbre s'y accroche à chaque lancer.

Donc on avance... on roule. Et au plus on avance le long du fleuve, au plus on se rapproche du pont Champlain et du chantier de construction (du nouveau pont). Le sentier se resserre de plus en plus. Les racines et les roches deviennent vraiment difficile à franchir (surtout pour mon bout d'chou)... il est temps de faire demi-tour. Après quelques photos au bord du chantier impressionnant, on rebrousse chemin, sans aucun poisson en vue.

img tyls
img tyls
img tyls

Mais la journée n'est pas finie, loin de là

Il nous reste encore au moins une bonne heure de soleil, et quand je pose la question "Nathan, est-ce qu'on rentre à la maison ou on essaye de pêcher encore un peu?" ... la réponse ne se fait ni attendre, ni mal entendre.

"On pêche encore !"

La décision est prise et lorsqu'on passe à côté du joli spot de ce matin "les 3 rochers", on se pose pour casser l'eau à la cuillère encore une fois.

Mais vu que ça mort toujours pas ... Nathan joue avec les algues, il mange toutes les pommes, les biscuits aussi, on fait de l'équilibre sur les rochers pour essayer de jeter plus loin, et surtout, on prend des photos.

img tyls
img tyls
img tyls

Jusqu'au moment ou...

...je me décide à montrer à mon fils que son père n'a pas froid au yeux. Que je suis capable d'aller me poster sur le bout du rocher là là. Oui, celui ou il faut passer dans les roseaux, se mouiller les pieds, et revenir je sais pas comment.

Très fier de moi, je me retourne pour voir ou il est le gamin ... hééé bein il est à côté de moi, sur le rocher, avec sa pomme en bouche bien tranquille ! 

Et là, poster sur notre petit rocher, ça bouge

Premier lancer dans les eaux "calmes", ramener à contre-courant, on accroche pas d'algues, et ... TCHAACK ... une belle grosse touche, suivi d'un bel achigan qui bondi hors de l'eau. Une fois, deux fois. Je passe la canne dans les mains de Nathan qui trépigne d'excitation, mais en faisant ça je détend malheureusement la ligne et notre proie tant convoitée se décroche. Chiottteee !

Dans la foulée, mon loulou me dit "Papa, c'est correct ... le poisson tu peux le ramener tu sais." :-)

Plusieurs lancers plus tard, pas une touche, on dirait que c'est mort. Mais il y a encore 2 autres rochers ! Alors on va se mettre au 2ème, et là, au 3ème lancers ... TIiiK ... une petite touche, et ? Un petit achigan tout mignon pas plus large que ma main, mais on le sort de l'eau. On est très fier de nous, satisfait, on peut rentrer à la maison.

Mais Nathan n'est pas d'accord, il veut continuer la pêche car il le voit déjà dans son assiette le prochain poisson. Et il me dit

"Papa, le prochain, si c'est pas un poisson garçon, on peut le garder pour le manger?"

Qu'est-ce qu'un papa répond à son fils dans ce cas là? Héée bein non, rien... donc je monte une plus grosse cuillère au bout du fil et tente le 3ème et plus éloigné des rochers.

Quelques lancers en avant dans le courant. Rien.
Quelques lancers en amont dans le calme, le long du bord. Rien.

À chaque lancer, Nathan à beaucoup de plaisir à détacher les algues de la triplette. Le temps passe, le soleil tombe, et il est temps de penser au retour. Bon allé, un dernier coup en aval cette fois-ci... car on ne sait jamais quand s'arrêter.

Et c'est la bonne. Une grosse touche, un bon ferrage et le p'tit bestiau jump hors de l'eau comme une baleine. Cette fois-ci je le tiens en ligne. Puis il se met à tirer comme un paquebot, on entend le moulinet qui chante, quel plaisir. Nathan est à côté de moi, mais il veut que je garde la canne, il dévore le spectacle. Et un autre jump, suivi d'un plongeon dans le courant, il nous prend du fil... puis il fatigue. Pendant que Nathan filme comme il peut avec mon téléphone, on le ramène tranquille vers notre rocher jusqu'à bien voir ce fameux poisson. Ce n'est définitivement pas un "poisson garçon", c'est un bel achigan de plus de 30 centimètres.

Quel bonheur.

img tyls

Retour à la casa sur le soleil couchant

Après une belle journée remplie d'émotions, nous voilà parti juste à temps pour déguster la délicieuse lueur orange se posant sur les immeubles de Montréal à l'horizon. Et accessoirement, le petit sentier à travers bois est quand même long, et dans le noir, ça aurait pas été le fun.

Séance photo avec ZE poisson

On se décide finalement à le toucher ce fameux poisson. Et là évidemment il faut faire l'imbécile (comme papa ... humhum) et faire peur aux filles. Photo posée obligée, avec une petite étincelle dans les yeux quand même.

img tyls
img tyls