img tyls

[Martinique 2017] Navigation vers les Anses-d'Arlet

Il est temps de quitter la baie de Sainte-Anne pour rejoindre les Anses-d'Arlet. Pour cette deuxième navigation, on sort les voiles. Enfin, la voile... le génois seulement. Avec le vent un peu instable, pas toujours évident de stabiliser le génois sans tangon. Mais on avance tranquillement au portant...

img tyls

La houle secoue, un peu... mais les loulous s'en sortent bien. On regarde papa qui sort une canne à pêche, on essaie d'apercevoir les poissons volants. En approchant du rocher du Diamant, on écoute tonton Lilou nous en dire plus sur ce bout de caillou perdu au milieu de l'eau. 

img tyls

Le Rocher du Diamant

Petite île inhabitée située à deux kilomètres environ de la pointe du Diamant, ce rocher couvert de buissons et difficilement accessible a joué un rôle important durant les guerres napoléoniennes. Sa position stratégique au nord du canal de Sainte-Lucie permettait en effet de contrôler la navigation entre la Martinique et l'île de Sainte-Lucie. 

Début 1804, les Britanniques décident d'occuper l'îlot. Ils le fortifient en y installant cinq canons tandis qu'une garnison de plusieurs dizaines d'hommes dort dans les grottes. 

Après plusieurs tentatives infructueuses pour le récupérer, les troupes françaises laissent les Britanniques occuper le Rocher pendant dix-sept mois d'affilée.

En 1805, le capitaine de vaisseau Cosmao-Kerjulien parvient finalement à reprendre le Rocher aux Britanniques, non sans y laisser de nombreuses pertes. À court d'eau et de provisions, la garnison se rend aux forces françaises le 2 juin 1805.

Source : Wikipédia
Illustration : La flotte française avec le capitaine Cosmao-Kerjulien attaquant le rocher du Diamant. Peinture d'Auguste Mayer.

img tyls

Arrivée aux Anses-d'Arlet

Au début du XVIIème siècle, deux frères caraïbes, Arlet et Pilote, abandonnent biens et terres aux colons du Nord de la Martinique pour se réfugier dans le Sud. Arlet s'installe dans la région à laquelle il a donné son nom. Il cohabite jusqu'en 1648 avec les colons français qui s'y installent progressivement. 

Les petites maisons créoles aux façades colorées et aux toits de tuiles ou de tôle ont été particulièrement bien préservées, ce qui fait des Anses-d'Arlet un des hauts lieux touristiques de l'île.

img tyls
img tyls

L'église Saint-Henri des Anses-d'Arlet

Située en bordure de plage et parfaitement alignée avec le ponton, cette église est considérée comme l'un des plus beaux sites de Martinique. Touchée par un ouragan en 2007, elle fut restaurée à l'identique en 2012.

img tyls

Les Anses-d'Arlet au coucher du soleil

img tyls