img tyls

Des toxines dans la poussière ambiante !

À chaque fois que je me décide à faire le grand ménage de mes armoires, j’ai des mauvaises surprises. Dernièrement, j’ai retrouvé une bouteille de liquide pour déboucher les tuyaux dans un piteux état. Le plastique avait changé de couleur et le bouchon était tout corrodé. Pourtant, je suis certaine d’avoir acheté ce produit il y a moins d’un an ?

C’est fou tout ce qu’on garde dans nos armoires sans se soucier des dangers que ça comporte !

Dans un souci de mieux contrôler ce qui entre dans mes armoires, j’achète certain de mes produits ménagers en vrac, la lessive notamment et je réutilise les contenants. C’est un premier effort pour diminuer mon empreinte environnementale en consommant moins de plastique, mais aussi parce que j’ai appris que les plastiques fabriqués de nos jours se dégradent rapidement et polluent davantage que par le passé.

Un article du Soleil de Québec que j’ai lu récemment rapportait qu’une vingtaine d’études scientifiques réalisées aux États-Unis avaient identifié 45 molécules chimiques potentiellement nocives dans la poussière de milliers de maisons et logements. Y être exposé quotidiennement peut générer de sérieux problèmes de santé.

Ce qui m’a le plus frappée en parcourant cette étude, c’est que ces substances nocives peuvent provenir d’objets de plastique qui se dégrade petit à petit et génère de fines particules qui se collent sur les objets de tous les jours, les planchers, les murs. Pire, les contenants de plastique mou, comme les bouteilles de liquide et autre substance pour le nettoyage se dégraderaient encore plus facilement.

L’autre jour, j’ai voulu faire du ménage des sacs de plastique qui s’accumulaient, bouchonnés dans le coin de mon armoire et surprise, certains sacs se défaisaient en petits morceaux, comme des confettis !

De fines particules, notamment de phtalates, se retrouvent aussi en suspension dans l’air ambiant et contribuent notamment à l’augmentation des cas d’asthme chez les enfants. Et les plus jeunes, comme les nouveau-nés, sont encore plus à risque, car ils mettent souvent leurs mains dans leurs bouches et jouent à même le sol.

C’est un pensez-y-bien ! D’autant plus que l’on sait que la plupart des produits ménagers commerciaux contiennent des tas de substances toxiques qui laissent aussi des résidus dans l’air et sur les surfaces après utilisation. Idem pour les déodorants et autres « assainisseurs » d’air.

À ce chapitre, j’ai déjà remédié à la situation en utilisant des produits ménagers et des parfums de maisons de marques qui me garantissent qu’ils ne contiennent aucun produit chimique toxique. Je vérifie systématiquement les étiquettes, car ce n’est pas parce qu’on affirme que c’est naturel et sans danger, que ce l’est vraiment.

La vigilance est la mère de la prévention !